jamaisalléécole

André, fils d'Arno Stern (wiki) né en 1971, nous emmène dans un témoignage captivant sur sa jeunesse vécue sous le signe de l'apprentissage libre et informel. Au fil des pages j'ai été emportée par le bouillonnement de son cerveau, par sa passion et sa boulimie de découvrir et de faire qui explose à chaque page... Il est certain par contre qu'il a 1/ quand même eu la (très très grande) chance (qui ne coule pas de source pour tout un chacun) de pouvoir rencontrer des personnes singulières grâce à sa famille, 2/ c'était encore à une époque où on roulait sans ceinture de sécurité et où on avait le droit de disséquer des pelotes de réjections de chouettes dans les collèges sans crainte de la grippe aviaire et où la société était moins regardante sur les questions de sécurité (je me souviens d'heures passées dans le labo de sciences naturelles de mon père lorsque j'avais 6-9 ans !).

Et pourtant à la fin de cette lecture il me manque encore une clé: le comment ? Je m'explique: il s'intéresse à beaucoup de domaines et sa famille et connaissances des ses parents lui fournissent le plus de matériels et de soutiens possibles, mais dans son fonctionnement à lui, comment explique t'il cette facilité à engloutir des milliers de données, de détails, de concepts ? J'aurais aimé connaître son regard d'adulte sur cette extraordinaire capacité d'assimilation. Parce que je vois mon dernier de 5 ans se comporter comme ça. Il saisit tout au premier coup d'oeil, des concepts entiers et il est capable de les réexpliquer, de les restituer, de se les approprier... ça me sidère et sans doute que si je pouvais comprendre je serais plus sereine, plus confiante (même si bien sûr je travaille beaucoup sur moi déjà !).

Finalement il ressort principalement de ce témoignage que si on laisse un enfant passionné aller au bout de ses envies et qu'on a les capacités humaines, intelectuelles et tout de même financières, on ne me l'ôtera pas de l'idée, de lui fournir systématiquement et instantanément de quoi les alimenter il en découlera évidemment un grand bénéfice (cf périodes sensibles).

Le plus triste pour moi c'est que sous couvert d'une pseudo "sécurité" imposée par la société (et sous la pression de beaucoup de familles), bientôt rien ne sera plus possible au sein de l'école. Les enfants seront peu à peu coupés du monde réel, éloignés de toute source potentielle de danger, cantonés dans des apprentissages prémâchés, uniformisés, aseptisés et nivellés par le bas.

Alors il est urgent que les parents prennent conscience du potentiel de l'apprentissage informel: à la maison, en considérant les enfants comme des adultes en devenir, aptes à toute forme de travail et de manipulation... mais aussi à l'école, en soutenant les trop rares initiatives qui permettent encore le contact entre les enfants et les animaux, la nature, les métiers, les outils...

Bonne lecture ! moi j'enchaîne sur "l'apprentissage informel expliqué à mon inspecteur" !

Podcast sur France Inter : "la rentrée chez soi, l'école à domicile"